mercredi 23 décembre 2015

Pour Noël, Hervé Bizeul nous accorde une interview.

On ne présente plus le vigneron du Roussillon au passé multiple: Journaliste, sommelier, éditeur, producteur , pilote de chasse, professeur de Taï-Shi, Geng Shui et Taï-kong, cuisinier, écrivain, menuisier, vigneron.

 Confidences.

Marc Hélalie: Hervé Bizeul bonjour, et merci de nous faire ce joli cadeau, vous nous accordez en effet quelques mots en cette veille de Noël. Toute la rédaction tient à vous en remercier!

Hervé Bizeul: C'est tout naturel, je souhaitais offrir à mes fans un moment de complicité. Ils pourront relire ces quelques mots jetés au vent tout au long de l'année qui s'ouvre à nous. Lire mes mots, c'est reprendre courage et foi , c'est , je crois, une dimension quasi spirituelle. J'aimerais que les gens en profitent.

MH: Monsieur Bizeul, quels sont pour vous les clés du terroir?
HB: Pour connaitre le terroir, il faut se balader sans cesse , réfléchir, grandir avec lui. J'ai les plus grands terroirs du monde, et peu le savent. Je suis quasiment le seul, peut être avec Jean Gardès lorsqu'il écoute mes conseils, et Gauby père, qui sait révéler les grands schistes. J'ai tout planté à la pioche. J'ai fabriqué un chai thermorégulé avec de vagues notions de ferronnerie inox.

MH: Vous êtes sacrément bricoleur!
HB: Disons que les mécaniciens ne connaissent pas suffisamment leur travail, et j'ai besoin de gens fiables. Il n'y a pas plus fiable que moi.

Hervé Bizeul devant sa propriété

MH: Vous êtes connu pour avoir osé des tarifs bordelais sur des terres du Roussillon. Vous faites du Bordeaux à Vingrau?
HB: Je fais les vins que le Roussillon mérite. Je dois tout à Bordeaux, y compris mon palais. Mes vins doivent être bus pour beaucoup d'entre eux après 40 à 60 ans de cave. Je fais du vin pour mes petits enfants. Avant, le boisé n'est pas assez intégré. La matière pas assez digérée, l'épaisseur du vin rend toute ingurgitation difficile. Beaucoup d'amateurs ont constitué de véritables fortunes en achetant seulement 6 Petites Sibéries. On parle même d'ISF pour leurs enfants si les vins restent en cave. Je ne contrôle pas la spéculation sur mes vins, tout ce que je touche prend de la valeur, c'est fatiguant pour ma femme.

MH: Comment aménagez vous votre temps de travail, entre vos nombreux voyages, la vigne, le vin?
HB: Tout est piloté à distance, et Steve Jobs que je connaissais bien, m'a directement proposé l'Iphone 9s. J'ai pu doter mes employés d'une puce électronique, qui me permet de leur faire exécuter exactement ce qu'il faut faire en temps et en heure, depuis une application créée pour moi, HRO (Human Ressource Optimisation, ndlr). Je les endors après le film du soir que je choisis pour eux, vers 22h. C'est très pratique et je peux partir en toute confiance. Serge ( bras droit d'Hervé Bizeul, ndlr) est pucé depuis maintenant 10 ans, il est ravi , et moi aussi. Il n'y a que la MSA, à qui je verse tous les ans 287 000 euros, pour y trouver à redire. Les médecins du travail ont retoqué le projet. Au lieu d'avancer vers une flexibilité dont a besoin notre pays, on préfère s'enfermer dans des archaïsmes moyenageux que les altermondialistes appellent "Acquis sociaux". Et même "droits du salariés". Arrêtons la comédie. Je fais un métier de passion, j'ai besoin de gens passionnés par mon métier.

MH: Le mouvement des vins naturels prend de l'ampleur, qu'en pensez vous?
HB: C'est une vaste fumisterie, on vend des vins piqués pour le seul bénéfice qu'ils n'ont pas eu de sulfites. Le vin naturel n'existe pas, c'est un truc de bobos . Je vais sortir une cuvée sans soufre qui ne sera vendu qu'exclusivement aux cavistes indépendants, et ce sera le premier vin sans soufre non déviant. Je vais proposer à Sylvie Augereau, organisatrice de la Dive Bouteille, de venir faire une Master Class. Mais j'ai peur qu'ils manquent de place aux caves Ackerman.

MH: Quels sont vos projets à court et moyen terme Hervé Bizeul?
HB: Je souhaite pouvoir mettre en place une cuverie ovoïdale parallélépipède inversé, mais nos fournisseurs ne savent pas lire mes plans. Ils n'ont pas été formé à la relativité des sinus du nombre d'or. C'est dommage, c'est quelque chose que j'ai appris vers l'âge de 9 ans, mais la formation des apprentis est aujourd'hui complètement nulle.  Ce nouveau chai électromagnétique devrait pouvoir accueillir des raisins en apesanteur, et vinifier ainsi les grandes cuvées , afin qu'il n'y ait qu'une infusion sans force d'attraction terrestre. La NASA s'intéresse à mon projet. 
(silence)
Je ne peux pas en dire plus.

MH: Le clos des fées, bientôt en bio?
HB: Nous sommes à 95% bio. Nous passons un défoliant en jours racine. C'est plus intelligent que de couper des vers de terre avec un soc de charrue. Je le maintiens.

MH: Merci Hervé Bizeul de ces confidences, et de ces modestes contributions à notre épanouissement personnel. Nous publierons cette interview avant de fermer nos bureaux jusqu'à la fin du mois de Janvier, date à laquelle nos équipes reprendront du service. 

HB:De rien! A bientôt



4 commentaires:

  1. Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  2. Excellent décalé. On perçoit malgré tout les sujets du moment qui te taraudent. Bise de Noël et merci. David

    RépondreSupprimer